Uber et Airbnb sont-ils de droite ou de gauche ? - Rue89 - L

, par  Laure Isabelle LIGAUDAN , popularité : 67%

Encore une fois ?
Ces questions reviennent sans cesse sans jamais de réponses et pour cause, il n’y en a pas.
Il ne s’agit pas d’un combat de valeurs, de cultures, de législation ou de politique bien que chacune de ses composantes soient des éléments de réponses qui amènent éventuellement à une solution possible ...

Valeurs :
Notre belle République nous protège, elle nous offre la sécurité sociale, qui soit dit en passant est une vraie résultante d’économie collaborative et de partage équitable des revenus, elle protege également certains emplois (à juste titre ou pas, c’est un débat qui mérite être soulevé de façon juridique) mais elle nous protege au maximum de ce qu’elle peut faire.
Cette protection peut également nous étouffer car le monde change, la pauvreté s’installe et ce qui s’est passé avec le peer to peer sur le net se passe maintenant IRL (dans la vraie vie) et que notre belle République n’est pas équipée pour cela alors que cette économie permet de générer des emplois précaires et peu rentables pour l’état mais qui sortent de la pauvreté une partie des personnes qui s’y retrouvent. Une autre partie ne faisant qu’arrondir des revenus, on peut également en discuter mais rien n’est jamais tout noir ou tout blanc.
On sait, par exemple, pour le RSA que plus de personnes n’en beneficient pas alors qu’ils le devraient que de personnes le fraudent !

Culture :
Encore et toujours ce bon vieux choc entre les US et nous et il faut bien se l’avouer, la plupart de ces propositions en ligne d’économie collaborative ou sharing économie ne viennent pas trop de chez nous ... Elles sont libérales, elles ne font pas dans la protection du salarié(e), d’ailleurs il n’y a plus de salarié() !
C’est grave ?
Oui et non, oui car c’est très important, la transition économique est belle et bien en marche et la mort du salariat se profile avec ces changements. Oui, car il faut trouver d’autres façons de protéger les plus faibles, je ne parle pas de ceux qui n’ont pas d’études car beaucoup des possibilités de la sharing economy n’en demandent pas. Elles demandent de l’huile de coude, du courage ou d’être propriétaire ou locataire, bref d’avoir quelque chose à échanger ou à proposer mieux et moins cher que ceux et celles qui le font en payant toutes leurs cotisations et qui sont, en retour, protéger dans leurs emplois.
Grave, oui, car cela nous demande de revisiter tout le système mais en même temps, il y a comme un peu urgence.
La sharing economy n’est que le miroir de notre lenteur, de notre obsolescence programmée, de notre sacrifice des plus pauvres ou précaires qui, a juste titre, ne vont pas se laisser faire...les barbares attaquent !
Grave, oui, car pour conserver nos valeurs protectrices, il va falloir modifier nos lois et surtout notre redistribution équitable !

Legislation :
Notre République est une nation de droits, ce qui signifie qu’ils sont les mêmes pour tout le monde à condition de les connaitre et de pouvoir les faire valoir !
Jusque là, bon an, mal an, cela tenait et cela ne va plus. Le modele américain n’est pas le même que le notre et c’est le leur qui est adapté à ces nouveaux modele, il est temps de tout changer. Notre rapport à la défense et à l’attaque en priorité comme les Class Actions ou le fait de saisir un avocat sans avoir à payer si cher pour avoir juste le droit d’être représenté (car eux aussi sont des emplois protégés ...). La législation doit elle aussi s’adapter et lâcher certains privilèges auprès de certaines professions car les temps changent et conserver 100% de rien méritent peut être de lâcher un peu de leste...
Il faut laisser la place à une économie qui permet de gagner sa vie quand c’est si difficile et pourtant il faut aussi conserver une redistribution équitable des revenus si on veut conserver nos valeurs (si malmenées) de solidarité et de protection des plus faibles.
En effet, avec cette nouvelle économie (de laquelle même les USA reviennent d’ailleurs) il ne s’agit pas d’être faible même temporairement, tout repose sur vos aptitudes et votre force physiques ou alors comme partout ailleurs de votre patrimoine et de votre réseau :) Bref, pas super égalitaire comme proposition de société !

Politique :
Nous y voilà ...
Je vais faire vite car c’était déjà long ...
Fiscalisation de toutes les entreprises qui font travailler des personnes sur un territoire au profit de ce territoire, je suis sure que les algorhytmes peuvent très aisément calculer cela à la vitesse de la lumière :)
J’y inclus tout le digital labor fourni à tous ceux qui ne disent pas qu’ils font de la sharing economy mais qui se gavent sur nos données a caractère personnel et profilent l’intégralité de notre vie, pour notre bien, évidemment :) ou en échange d’un service qui ne leur coute plus rien depuis longtemps sauf peut être à la planète en Data Centers (ce qui devraient également être fiscalisé plutôt que subventionner ...)
Et donc, Revenu de Base pour tout le monde avec tout cet argent ....
Voilà, je l’ai écrit :)

Voir en ligne : Uber et Airbnb sont-ils de droite ou de gauche ? - Rue89 - L