Pages Jaunes perd contre la CNIL - L’Express avec L’Expansion

, par  Laure Isabelle LIGAUDAN , popularité : 64%

A cette époque, l’autorité avait été saisie de plusieurs plaintes d’internautes. En effet, lors d’une recherche sur le site Pages jaunes apparaissaient les données concernant la personne, issues de différents réseaux sociaux : nom, prénom, photographie, pseudonymes, établissements scolaires, employeurs, profession, localisation, etc... L’annuaire avait "aspiré" le contenu de 25 millions de profils d’utilisateurs de services en ligne tels que Viadeo, Facebook, Copain d’avant, Twitter, Trombi, ou encore LinkedIn, sans avoir reçu l’autorisation préalable des intéressés.
Une pratique, notamment, qualifiée par la CNIL de "collecte déloyale des données et d’absence d’information des personnes".
Une pratique aujourd’hui arrêtée
L’annuaire avait alors argué que ces éléments provenaient de profils publics accessibles à tous. Sans succès. "Pages Jaunes a tenté une première fois de faire annuler notre avertissement en posant une question prioritaire de constitutionnalité, indique Edouard Geffray, secrétaire général de la CNIL. N’ayant obtenu gain de cause en mars 2012, ils ont décidé de saisir le Conseil d’Etat".

En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/pages-jaunes-perd-contre-la-cnil_1507931.html#6WKMhoYbsRTpQrpd.99

Voir en ligne : Pages Jaunes perd contre la CNIL - L'Express avec L'Expansion

Le conseil constitutionnel ne chôme pas en ce moment pour défendre nos droits à la protection de notre vie privée et lutter contre les pratiques abusives.
Ce qui est drôle, c’est qu’il sévisse souvent alors que les pratiques sont devenues des usages et que c’est vraiment plus onéreux pour ceux qui les ont mis en place de revenir en arrière :)
Ils auraient mieux fait de faire attention avant en Privacy by design ...