Hacking The Bottom Line | TechCrunch

, par  Laure Isabelle LIGAUDAN , popularité : 96%

Je texte copié ci-dessous est un voeu pieu que je voudrais tenter de traduire car il arrive à la fin d’un article qui diagnostic l’ampleur des dégâts que chaque personne avertie connait et que l’ensemble des professionnels de la #privacy ont depuis longtemps mesurée :)

Nous connaissons même certains pionniers qui tente de trouver des solutions comme #Capucine qui correspond à la partie Cartes à puce dans l’article et qui est dans cette démarche depuis très longtemps.

Il faut également souligner que personne ne s’est engagé financièrement dans cette démarche avec son porteur de projet, Philippe VAYCHEROUT, qui pourtant propose de faire du portail de sa Mairie, le tiers de confiance, détenteur de son identité...

Voilà qui est intéressant car, en effet, si je tente de comprendre comment ce voeu pieu pourrait être traduit, il me vient cette option.

Mon identité et la totalité de mes informations personnelles comprenant mes données à caractère personnel mais aussi toutes mes autres données en fonction de mes usages et pratiques comme :
je suis une femme qui fait du sport, avec un bracelet, prend du coaching en ligne, pratique le yoga, aime les fleurs, part peu en vacances, aime les bons restaurants, n’a pas d’enfant, vit en couple avec une femme, fait beaucoup de photos et quelques unes érotiques, milite pour la GPA, se lance dans l’apprentissage du saxophone, acheté peu en ligne mais exclusivement sur certains sites, va au concerts de musique classique mais peu aux musées etc cet, at last but no least !

Cette identité est effectivement aujourd’hui morcelée et détenue par une quantité incroyable de collecteurs de données que je connais plus ou moins et surtout dont je me souviens plus ou moins ...

Vous vous souvenez de tous ceux qui ont pris vos informations personnelles et enregistrent tous vos nouvelles entrées dans votre smartphone depuis contre un jeu idiot mais détendant ?

La plupart de ces organismes sont totalement incapables de répondre à une demande de droits d’accès et de surcroit, s’en fiche complètement ...

Pour ceux qui tentent de pouvoir le faire et les rares qui y arrivent, c’est un véritable chemin de croix et un budget conséquent.

Alors pourquoi ne pas concentrer les efforts sur des tiers de confiance qui seraient les seuls à détenir notre identité à défaut de détenir l’ensemble de nos données.
Des tiers de confiances qui seraient les seuls à pouvoir faire le lien entre les données que nous semons partout et tout le temps, et qui nous sommes en tant que personne, qu’individu, que citoyen ou citoyenne ?

Je pourrai choisir mon opérateur téléphonique ou mon navigateur ou ma banque ou ma Mairie, ou qui me séduira le plus ... et pourquoi pas en changer si une offre plus alléchante m’était faite.

Ce tiers de confiance me permettrait d’anonymiser mon identité, il serait le filtre entre qui je suis et ce que je suis en ligne, il me permettrait de donner à qui veut toutes les données dont les entreprises ont besoin pour faire du business et m’offrir les services dont j’ai besoin en profilant mes usages et pratiques, mes engagements, mes comportements, mes déplacements, mes loisirs ... sans pour autant savoir QUI je suis.

Cette vision propose une remise en ordre des forces et des besoins de chacun et surtout remet l’internaute au coeur de l’économie, serait-ce ce qui fâche ?

Pourtant, on nous parle beaucoup de la gouvernance du web, celle-là serait facilement mondiale car il me semble qu’en tant que Française, je choisirai un portail Français et que se sera le réflexe par défaut.
Cependant, il est vrai que chaque internaute du monde pourra chosisir un portail partout et donc peut être en fonction des lois de protection des ses droits en ligne et là on pourrait même faire Cocorico :)

En attendant, soyez conforme, c’est la loi !

Voir en ligne : Hacking The Bottom Line | TechCrunch

"Imagine the improvements in productivity when the right people can have access to the information they need — and only the information they need — based on their unique roles. In that scenario, enterprises can securely integrate with all their partners and suppliers. This is the modern enterprise that I expect we’ll see become the norm in the not-so-distant future."