@EricWaltR j’essaye :)

, par  Laure Isabelle LIGAUDAN , popularité : 51%

Le vrai sociétal consisterait à prendre acte du fait que le libéralisme au sens d’un anti-étatisme et d’une relativité des valeurs n’est pas une monstruosité, ce qui implique que l’Etat providence et la morale publique ont fait leur temps

Voir en ligne : Municipales : le coup de gueule de Michel Maffesoli contre les bien-pensants

Cette phrase m’interroge sur le message qui voudrait être passé au travers de cette analyse lucide du raz le bol que ces municipales pointent de l’urne.
Pourquoi le "vrai" sociétal serait celui là ?

Reprocher aux politiques de vivre dans leur bulle et leur microcosme gouverné par le pouvoir et les paroles de couloirs dorés me semble incompatible avec le fait de poser un sens au sociétal qui serait unique.

Faire société, c’est ouvrir les yeux, les réseaux sociaux nous les ouvrent quelques fois violemment et que les politiques le veulent ou pas, la parole se libère ...
Les clivages se renforcent face aux positions que prennent plus visiblement les uns et les autres, incluant la parole politique que nos élu-es distillent quelques fois légèrement (humainement aussi) sur les mêmes réseaux sociaux.

Nous sommes les premiers et premières à y participer :)

Pour moi, faire société, c’est faire lien, le gouvernement précédent a semé des graines de radicalisation qui ont germé, ke gouvernement actuel fait comme si cela n’existait pas et tout cela pousse sur des enjeux communs à tous et toutes dont personne ne parlent ; la pauvreté et la misère qui galope dans nos villes et nos campagnes.
Voilà ce qui me tracasse dans ce post, juste mais qui tombe dans ce qu’il veut dénoncer, enfin, je crois ...